La mise en carte manuelle

La mise en carte d’un dessin pour tissu façonné (dit tissus Jacquard) est l’étape qui consiste à passer du dessin au tissage par la création d’un fichier technique matérialisant les croisements de fils. En clair, la mise en carte est la représentation graphique et conventionnelle de tous les effets du motif sur un papier quadrillé appelé “carte” ou “papier de mise en carte”.

Les effets du motif sont les produits de différents croisements de fils de chaîne et de fils de trame identiques ou différents (les types de croisements sont appelés armures). Chaque effet est figuré soit par des signes conventionnels, soit par une couleur bien définie appelée couleur théorique.

 

mise en carte manuelle signes conventionnels_Textile Addictmise en carte manuelle d’un motif Jacquard sur papier Grillet avec signes conventionels

 

La mise en carte n’est pas une réalisation définitive du tissu, elle est seulement un des moyens d’obtenir le carton (ou carte perforée) qui permettra d’obtenir le tissu. C’est cependant de la mise en carte que dépend, en grande partie, la réussite et le bon rendement du motif en tissu.

En pratique, le metteur en carte peint les croisements de fils prévus sur un papier quadrillé en fonction de la représentation du futur motif. Les lignes verticale représentent les fils de chaîne du tissu et les lignes horizontales correspondent aux fils de trame. A partir de ce document, le liseur pourra ainsi percer les cartons qui serviront à la levée des fils de chaîne sur le métier à tisser Jacquard.

 

A lire : Lisage et piquage, la préparation des cartons pour lancer la production d’un tissu Jacquard

 

mise en carte manuelle_Textile Addict 2mise en carte manuelle du Portrait de Catherine II et détails, Philippe de Lasalle, 1771, Lyon ©MT 42162

 

mise en carte manuelle_Textile Addictdétail de la mise en carte manuelle de “La Laitière”, J-B Greuze

 

La méthode de mise en carte manuelle n’est plus utilisée de nos jours, les entreprises textiles ayant désormais recours aux logiciels informatiques. Ceux-ci répondent autant à la création du dessin qu’à la mise en carte.

 

Les papiers de mise en carte manuelle

Les papiers de mise en carte manuelle pour le tissage Jacquard sont quadrillés et de différents formats. Les colonnes représentent la grosseur proportionnelle des fils de chaîne, et les lignes, celle des fils de trame.

Les papiers de mise en carte manuelle sont souvent composés de deux fois 8 colonnes (des armures d’un rapport de 8 sont fréquemment utilisées en tissage jacquard). Le titre du papier correspond au nombre de lignes : un papier quadrillé 6/16 comptera 6 lignes dans le carré ; du papier 8/16 en comptera 8 ; et ainsi de suite.

Le choix du papier se fait en fonction de la densités des fils de chaîne et les fils de trame. Si le metteur en carte veut réaliser un tissage avec autant de fils de chaîne que de fils de trame par centimètre carré, il choisira un quadrillage carré, c’est-à-dire qui comportera autant de carreaux par centimètre (ou par 10 centimètres), en largeur et en hauteur. Si, par ailleurs, les fils de trame sont plus gros que les fils de chaîne, il choisira un quadrillage représentant moins de fils de trame.

Historiquement, le technicien pouvait se les procurer chez les fournisseurs spécialisés.

 

 

La méthodologie

Pour faire la mise en carte manuelle, le technicien trace les contours du dessin en suivant les carreaux du papier quadrillé. Il vérifie ensuite les raccords des frontières du dessin. Pour ce faire, il s’assure que la bordure de droite du carton et celle de gauche se rencontrent, ainsi que la bordure du haut et celle du bas ; il peut ainsi vérifier la continuité des lignes de contour et les corriger, au besoin.

Le metteur en carte procède ensuite à l’insertion des armures dans toutes les parties du dessin (une armure par section du dessin). Les contours déjà tracés délimitent l’espace réservé à chacune des armures. Une fois de plus, il convient de vérifier les raccords aux frontières horizontales et verticales mais cette fois-ci en prêtant attention surtout à la continuité des rapports d’armures. Le rapport des armures doit être un multiple du rapport du dessin pour qu’il n’y ait ait pas d’erreur de répétition et de démarcation visible entre chaque dessin répété

 

La mise en carte des lisières

Lorsque la mise en contexture est terminée et que le metteur en carte est satisfait du résultat, il ne reste plus qu’à ajouter l’information relative au tissage des lisières de l’étoffe, ce que l’on appelle, en langage industriel, le colletage (en anglais : harness tie).

 

 

Sources d’information : “Le tissage créateur” de Louise Lemieux Bérubé / Ed. Saint Martin ; “Traité des tissus” de Falcot 2

 

A lire :

De la couleur théorique à l’armure : la mise en carte d’un motif Jacquard

Lisage et piquage, la préparation des cartons pour lancer la production d’un tissu Jacquard

 

 

Partager ceci

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur google
Partager sur email

articles connexes

eleifend leo accumsan dictum nunc mi, vulputate, ut leo. tristique commodo